Osame Sahraoui, le diamant d’Oslo

Matthieu Monteiro
6 min readJul 19, 2021

--

Ces derniers mois, évoquer le nom d’un jeune joueur offensif prometteur en provenance directe de la première division norvégienne est synonyme de Jens Petter Hauge. Mais d’autres se sont aussi révélés et sont en pleine ascension. Notamment, Osame Sahraoui, joyaux du Vålerenga Fotball.

Crédit : Maroc Foot Talk

Osame Sahraoui fait partie de ces joueurs pour qui on allume sa télévision. Ou plutôt dans son cas son ordinateur, pour trouver un stream illégal. Il est aussi l’une des grandes raisons pour s’intéresser à l’Eliteserien cette saison, le championnat de première division norvégienne. Evoluant dans son club formateur du Vålerenga Fotball, il a débuté dans l’élite du football norvégien la saison dernière. Une première saison en professionnel en grande pompe. Ponctuée par 5 buts et 7 passes décisives en 28 rencontres.

Dans l’immuable 4–1–4–1 de son entraineur Dag-Eilev Fagermo, le natif d’Oslo évolue généralement dans sa position préférentielle d’ailier gauche. Une organisation qui demande aux latéraux de rester bas afin de construire telle une compacte ligne de 4 et de ne se projeter que selon certains indicateurs précis. Cette première ligne soutenue par un milieu défensif. Ensuite, on observe la deuxième ligne de 4 avec des relayeurs très hauts, qui peuvent être finalement considérés comme des intérieurs. Constamment intercalés entre le dos du milieu de terrain adverse. Soutenus par les ailiers sur la largeur et par leur avant-centre dans une ultime couverture offensive.

Figure 1.

Ainsi, lors de la saison 2020 (en année civile en Norvège), Sahraoui a surtout évolué à son poste de prédilection qui est celui d’ailier gauche. Cette saison, avec l’arrivée d’Amor Layouni, il évolue plus souvent au poste d’intérieur gauche. Un positionnement qui comme on le verra, contraint une partie de sa créativité.

Droitier et depuis le couloir gauche, ces mouvements vers l’intérieur sont d’une extrême dangerosité et imprévisibilité. Osame Sahraoui s’identifie par deux conduites en particulier :

  • Celle qui consiste à explorer de façon horizontale l’espace entre les lignes pour ensuite décider. Transmettant dans la profondeur de façon généralement très ingénieuse au sol ou par des ballons piqués aussi sublime qu’efficace pour surpasser la dernière ligne adverse. Il fait partie de ces joueurs ayant la créativité pour casser ces blocs défensifs avec facilité.
  • Celle de provoquer balle au pied son latéral adverse pour centrer. Mais en cherchant une position généralement plus proche du but adverse, au niveau de l’Assist Zone. Soit en débordant ou en faisant reculer le latéral par le dribble pour trouver cette position de centre. Soit par la passe en trouvant le milieu intérieur côté ballon positionné dans cette zone. Une autre grande force de Sahraoui pour animer son couloir est sa capacité à parfaitement lancer son latéral gauche Sam Adekugbe pour un centre de loin plus classique.

Le joueur de Vålerenga fait ainsi preuve de beaucoup de ressources dans les domaines de la réception, transmission courte ou longue et dans le dribble. Son centre de gravité bas et sa vélocité favorise aussi sa capacité à bien gérer les situations dans les espaces réduits. Capable de conserver sous pression et de jouer donc aussi dans cette position d’intérieur dans le 4–1–4–1 de son entraineur.

Entre les lignes, s’il est trouvé, Osame Sahraoui s’oriente toujours très facilement avec son pied le plus proche de la surface adverse. Afin d’être déjà face au jeu et en position de ballon découvert, position toujours dangereuse pour l’adversaire. Encore plus quand il s’agit du jeune homme de 20 ans quand il se trouve proche de la surface adverse, comme on l’a vu, pour réaliser cette dernière ou avant-dernière passe.

L’organisation de son équipe le met aussi en valeur. Le triangle ailier/latéral/intérieur tel une microstructure très mobile caractéristique de ce système offre des solutions proches de Sahraoui afin de combiner et créer le décalage depuis la largeur. Ainsi, lorsqu’il est ailier sur le papier, il n’est pas rare de le voir aussi se positionner occasionnellement à l’intérieur et de pouvoir occuper différents espaces. Cette saison, avec l’arrivée d’Amor Layouni, ailier classique gaucher à gauche, ne cherchant qu’à occuper son couloir, Sahraoui joue bien plus souvent l’intérieur. Son rendement reste suffisant pour l’équipe mais enlève une bonne partie des conditions qui mettent en valeur toutes les caractéristiques de son jeu.

Son plus grand axe de progression est surement l’utilisation de la profondeur. L’international norvégien chez les équipes de jeunes aime recevoir dans les pieds et lancer ces partenaires dans le dos des défenses adverses plus que le contraire. Un aspect qui, s’il s’améliore, contribuera aussi à l’augmentation de sa propre production offensive. La saison dernière, Sahraoui créait en moyenne 0,18 xG par rencontre d’Eliteserien. Honorable pour une première saison en professionnel. Car malgré son frêle gabarit, sa frappe ne manque pas de précision. Ni de puissance. Notamment son enroulé du droit.

Figure 4. Par Dunk the Data

Mais ce manque de courses sans ballon des ailiers est aussi lié au très bon travail des intérieurs à ce niveau. Un joueur comme Henrik Bjørdal à Vålerenga est infatigable à ce niveau pour s’engouffrer dans cet espace central/latéral afin d’être servi en profondeur. Ou pour libérer de l’espace à l’intérieur pour son ailier (généralement Aron Dønnum). Difficile ainsi de juger Sahraoui sur ce point mais en cas de départ vers un meilleur contexte collectif, il devra intensifier ses décrochages/appels en profondeur. Pour créer ces espaces dans les organisations défensives adverses.

Osame Sahraoui se démarque aussi par sa rigueur dans les moments défensifs. A la perte de balle, le joueur de 20 ans ne compte généralement pas ses efforts pour réagir très rapidement et intensément. Sa bonne relation avec son latéral se traduit par la compensation de la ligne défensive dans ces moments de transitions défensives. Il n’est en effet pas rare de voir Sahraoui se placer tel un latéral gauche en organisation défensive lorsqu’Adekugbe est hors de position. Cependant, dans ces moments défensifs, il occupe la plupart du temps ses positions classiques dans le 4–1–4–1 de Fagermo : ailier gauche ou milieu relayeur gauche. Dans les deux cas, le créatif norvégien s’en sort très bien. Il ne sort jamais au pressing sans raison et cherche à contrôler l’espace dans son dos. Ses couvertures et ses cadrages sont toujours bien réalisés dans le cadre collectif de son équipe.

Un joueur complétement ancré dans ce collectif et cette organisation du Vålerenga Fotball. Une équipe qui le valorise en effet mais celui-ci lui rend bien ! Osame Sahraoui ne devrait ainsi pas tarder à s’expatrier et tester son talent dans un contexte compétitif d’une plus grande exigence. D’ailleurs, dès cette semaine, il va se confronter pour la première fois à un match européen, en tour préliminaire d’Europa Conference League. Un premier point de passage qui sera intéressant à suivre !

--

--

Matthieu Monteiro

Football Analyst • Chroniqueur & Rédacteur • Ingénieur Informatique